- Bao ! Ce sont les " Trente Glorieuses " chinoises qui sont à l'origine d'une nouvelle classe sociale en Chine !

- ils sont combien dans cette nouvelle classe sociale ?

- 400 millions ! Ce sont les nouveaux consommateurs ! Et encore ils sont bien plus que ça !

- pourquoi ?

- parce-que je n'inclus pas les fonctionnaires ! Les cadres et les employés des entreprises privées. Ou de l'État. Tous ceux-là bénéficient d'avantages.

- c'est quoi ces avantages ?

- des voyages. Des vacances. Des fonds !

- quels fonds ?

- des fonds qui permettent l'accès à la propriété immobilière. C'est pas tout ! Il y a aussi les primes ordinaires. Les primes traditionnelles à la fin de l'année.

Ce sont des revenus qui sont pas déclarés ! Donc pas imposables.

Bao ! Ces revenus peuvent représenter de deux mois à deux ans de salaire ! C'est toute une classe moyenne qui émerge.

- et alors ?

- c'est cette classe moyenne qui va constituer un élément de stabilité sociale.

Bao !

La question c'est de savoir si oui ou non elle va réclamer plus de droits ...

....................

- ça commence comment ?

- le 17 mars 2003 Sun a vingt-sept ans. Il est diplômé de l'Institut des Sciences et de Technologie de Wuhan. Il vient d'être recruté par une usine de confection. À Canton. Comme d'hab il sort pour se rendre dans un café Internet. Sur la route la police de proximité l'arrête. Il n'a pas sa pièce d'identité ou de hukou sur lui.

- c'est quoi le hukou ?

- c'est une carte de résident provisoire. Un livret qui enregistre les différentes résidences. Un passeport intérieur. Un instrument qui contrôle la population. Il prétend mieux administrer le pays. Et lutter contre l'exode rural. Il a été mis en place par le régime de Mao.

La police dirige Sun vers le Centre d'accueil et de renvoi de la ville.

Sun est torturé.

Il meurt.

Le 25 avril 2003 le Journal des villes du Sud publie un article :

" Un jeune diplômé est arrêté. Il est battu à mort faute d'une carte de résidence provisoire "

La nouvelle circule en Chine sur l'Internet. Elle stupéfie le pays entier.

- ?

- Bao ! Ce drame révèle le problème du hukou. Le hukou est injuste. L'affaire de Sun met en lumière la façon dont sont traités les ouvriers migrants en ville.

Elle montre une société qui ne réfléchit pas sur elle-même. Que lorsqu'elle se trouve confrontée à des évènements particuliers.

Bao ! Le hukou c'est un héritage du passé. Il soulève la question de la terre en Chine.

En 1950 le régime de Mao prend une série de mesures.

La réforme agraire.

La collectivisation des terres.

La socialisation de l'économie.

Le communisme consiste à partager les richesses du pays au profit du peuple. La loi sur la réforme agraire autorise le régime à redistribuer la terre aux paysans.

Avant les paysans ne possédaient rien. Avec cette loi ils possèdent une terre. Il y a une contrepartie. Les paysans sont contraints de rester à la campagne. Ils n'ont pas le droit de s'installer en ville.

C'est de là que vient le hukou. Il sépare la population chinoise en deux catégories. La population citadine et la population rurale. Il distingue les habitants de la ville et ceux de la campagne.

Les Chinois se retrouvent divisés en deux catégories.

La première est constituée par une population citadine. Fonctionnaire. Elle bénéficie d'une protection sociale. Complète. Assistance médicale. Logement gratuit. Retraite. Quotas alimentaires. Céréales. Viande. Huile. Œufs. Textiles.

....................

La deuxième catégorie de Chinois est constituée par la population rurale et paysanne. Au moment de la réforme agraire elle bénéficie de la distribution des terres. Elle n'a pas le droit de circuler ni de s'installer en ville.

En 1961 le Comité central approuve un rapport qui interdit à la population chinoise de circuler librement. Il établit un " centre d'accueil et de renvoi " dans les grandes villes. Le but c'est de consolider la pratique du hukou.

- ça veut dire quoi ?

- ... Interdire à la population rurale de venir en ville sans certificat de résidence. Ce dernier prouve qu'elle possède une résidence à la campagne. Et donc elle n'a pas le droit de venir en ville. Et de s'y installer. Elle est renvoyée dans ses lieux d'origine.

Bao ! C'est une atteinte à la liberté !

Sous le régime de Mao le hukou concerne les citadins et les ruraux.

Depuis les années 80 le hukou n'est plus adapté au développement du pays. Ni à sa croissance.

L'atelier du monde exige de plus en plus de main d'œuvre à bas coût. En Chine elle vient des quatre coins du pays.

Le drame de Sun a un grand retentissement dans la société.

Il remet en cause le système établi par Mao.

En 2003 un rapport est diffusé par les autorités. Il protège la population rurale qui se trouve en ville pour une raison légitime.

Il met un terme au système " Accueil et renvoi " qui renvoyait les paysans dans leurs campagnes. Il va être aboli en trois mois.

C'est un grand pas vers la liberté. Et la démocratie.

..........

Le prix a été lourdement payé par un jeune homme qui aurait dû profiter pleinement de la vie. Comme tous les jeunes de son âge. Ce garçon s'appelait Sun Zighang.

Bao !

Le sacrifice d'une vie a changé le destin de la population rurale.

Aujourd'hui elle peut circuler en ville sans crainte d'être arrêtée.

Xu Zhiyong est député à Pékin. Lors de l'annonce de l'abolition du système d'accueil et de renvoi des paysans dans leurs campagnes il décrit son émotion.

" À cet instant je suis assailli de mille sentiments. Quel bonheur d'apprendre qu'une nouvelle époque pleine d'espoir s'ouvre devant nous.

Mais quel cœur lourd je ressens en même temps.

Quoi qu'il en soit il s'agit d'un énorme progrès. Je ne peux m'empêcher de noter ces mots dans mon journal : je t'aime la Chine ! "

Bao !

C'est une déclaration type de notre peuple.

Elle reflète notre caractère simple. Et complexe. Malgré les vicissitudes de la vie l'espoir l'emporte toujours.

......................

Bao !

Les classes moyennes continuent leur progression.

Avant l'arrivée de Deng Xiaoping en 1978 tous les Chinois sont prolétaires. Ils sont privés du droit de propriété.

Deng prône l'ouverture.

Dans les années 1950 l'État réquisitionne toutes les entreprises privées. La réforme agraire permet à l'État de posséder tous les biens du pays. Le peuple dispose seulement du droit d'utilisation du sol. La richesse est condamnée. Le droit de propriété n'existe pas.

En 1978 Deng Xiaoping lance un slogan :

" Qu'une partie des Chinois s'enrichisse ! "

Il incite un milliard de Chinois à s'enrichir.

En trente ans la Chine voit apparaître une population de nouveaux riches. Des propriétaires de biens immobiliers. Des propriétaires de voitures.

- de voitures ??

- la voiture c'est un signe de modernité. De richesse. C'est l'accès à une liberté nouvelle. Celle de circuler.

Bao !

En 2006 la classe moyenne s'élève à plus de 100 millions de Chinois. En 2012 à 600 millions !

Une transformation silencieuse a lieu.

De prolétaire je deviens propriétaire.

L'état commercialise le marché immobilier !

Il autorise les citadins chinois à devenir propriétaires de leur logement ! En ville la propriété des logements était détenue par l'État. Aujourd'hui elle est transférée à ceux qui les habitent. Pour une bouchée de pain.

Du jour au lendemain 200 millions de citadins deviennent propriétaires. Ils ont le droit de vendre leurs biens immobiliers. Ou d'en acheter d'autres.

À la campagne les paysans conservent leurs terres. Mais ils peuvent vendre leurs maisons.

Bao !

Il n'y a pas de sdf en Chine !

- pourquoi ?

- parce-que lors de la réforme agraire les logements et les terres ont été distribués à toute la population.

Même les plus pauvres ne se soulèvent pas contre le gouvernement.

Malgré la colère qui gronde contre la corruption et les injustices.

Dans le même temps le nombre de propriétaires de voiture augmente !

En 1990 à Pékin le nombre de voitures s'élève à 1000 véhicules. En 2011 à plus de 3 millions !

Bao ! En Chine sans véhicule la vie et la prospérité n'ont pas de signification.

Une nouvelle population fait son apparition. Elle est riche.

Très riche.

L'écart entre les richesses se creuse de plus en plus. Entre les nouveaux riches et les plus démunis.

Dans l'histoire de la Chine la classe moyenne est nouvelle.

Au départ elle est constituée par des entrepreneurs. Des dirigeants d'entreprises. Des managers. Des ingénieurs. Des techniciens. Des cadres fonctionnaires.

Elle s'agrandit avec l'arrivée des médecins. Des enseignants. Des seniors et des juniors qualifiés. Et diplômés. En Chine ou à l'étranger. Ils possèdent une formation supérieure. Technique ou littéraire. Ils ont rallié le monde de l'entreprise et de l'innovation. Ils forment une classe de cols blancs.

Mais on leur fait des reproches.

- ?

- ils sont consuméristes. Arrogants. Ils en ont rien à foutre des problèmes de la société chinoise.

- Kun ! Et la démocratie dans tout ça ?

- Bao !

Depuis la réforme de Deng Xiaoping les revenus des Chinois ont été multipliés par 10.

Dans les grandes villes comme Shanghai ou comme Pékin la valeur des biens immobiliers a été multipliée par 50.

.............

La classe moyenne est la première à avoir bénéficié de la politique d'ouverture de Deng.

Elle le soutient. Elle condamne la violence.

Elle ne supporte pas le désordre.

Elle espère assumer une certaine responsabilité sociale.

Petit à petit elle réclame des droits. Et des libertés individuelles.

Aujourd'hui elle incarne un espoir.

Cet espoir est soutenu par le régime communiste.

Bao ! La démocratie c'est pas pour demain !

........

00082