Exotics

14 mai 2017

Neal

- Kun !

- Bao ?

- dans le groupe de la Beat Generation Neal Cassady était la figure la plus magnétique des écrivains Beat !

- pourquoi tu dis ça ?

- il a vécu sa vie à cent à l'heure ! C'était un trompe-la-mort !

- ?

- Neal a multiplié les aventures et les expériences !

- il écrivait ?

- oui ! C'était un écrivain ! Mais son écriture était à la fois urgente et fragmentaire ! Tu sais ce que dit William Burroughs de lui ?

" Neal est la véritable âme du voyage. Il ressemble à un mouvement pur. Il est l'essence même d'une activité compulsive. Il est prêt à sacrifier sa famille et ses amis et même sa bagnole. Il ressent le besoin irrépressible d'aller d'un endroit à l'autre. "

Bao !

Neal est toujours sur la brèche ! Il écrit en pointillé au hasard de ses pérégrinations. Il laisse une œuvre parcellaire !

- c'est quoi son œuvre ?

- des missives ! Le style est âpre. Le ton haletant. Pas le temps de faire des fioritures. Pas de ponctuation. Dans son écriture Neal allie la vitesse d'écriture à un tempo halluciné. Il possède un sens instinctif de la narration. Ça déborde d'énergie.

Bao !

Neal Cassady c'est un héros ! C'est pas un écrivain. Hercule. Sa vie est traversée d'excès. Elle relève de l'épopée !

- Kun ! Comment Neal s'est imposé dans le cercle des poètes Beat ?

- il a forcé leur admiration ! Avec ses lettres. Il les poste des quatre coins de l'Amérique. Il s'impose comme un modèle pour Jack Kerouac et pour Allen Ginsberg. Il est nourri par la fureur de vivre. La nécessité permanente de larguer les amarres à tout instant. Neal Cassady a ouvert la voie à toute une génération d'auteur !

- pourquoi ?

- il a brisé tous les tabous ! Sur le sexe. L'alcool. La drogue. Mais surtout l'itinérance ! Bao ! Tomber sous le charme de Neal Cassady c'est céder à l'extase du voyage. À l'ivresse de la vitesse. Au vertige d'une vie vécue pied au plancher !

- il est né où Neal Cassady ?

- pour Jack Kerouac " il est né dans une bagnole alors que ses parents traversaient Salt Lake City pour gagner Los Angeles "

...

Neal perd sa mère à l'âge de dix ans. Il est élevé par un père clochard. Neal boit beaucoup. Il dort dans des hôtels pouilleux. Il a le vague à l'âme. Il est mal dans sa peau. Il fréquente les salles de billard qu'il trouve sur son chemin. Il sombre dans la délinquance. Il se retrouve en maison de correction.

À quatorze ans il se fait pincer pour vol à l'étalage. À quinze pour vol de voiture.

Bao ! Neal Cassady mène une vie d'errance ! Jusqu'au jour où il rencontre Justin W. Brierly.

- c'est qui ?

- un prof d'anglais ! Il est impressionné par l'intelligence de Neal. Il le prend sous son aile. Neal devient son élève. Cassady se découvre une passion pour la littérature.

- ça le calme ?

- pas du tout ! Il continue ses activités délictueuses. Il tombe pour recel. Il purge une peine de onze mois de prison. À sa sortie il épouse une jeune fille qui a seize ans. LuAnne Henderson. Avec elle il va à New-York. Il fréquente l'université de Columbia. Sur le campus il retrouve un ami. Hal Chase. Lui aussi est un protégé de Brierly son prof d'anglais ...

- ?

- c'est à ce moment que son prof lui présente Jack Kerouac et Allen Ginsberg. Neal joue les fanfarons. Il se vante d'avoir volé 500 voitures et d'avoir couché avec autant de femmes !

- ??

- ça l'empêche pas de s'éprendre d'Allen Ginsberg qui devient son amant !

- et sa femme ?

- c'est pas un problème ! Ils se retrouvent à vivre tous les trois à Denver. Mais Neal ne s'arrête pas là. Il démarre une autre relation avec Carolyn Robinson !

- c'est qui ?

- une étudiante aux Beaux Arts. Il va finir par l'épouser. Il s'installe avec elle à San Francisco.

- et les autres ?

- Allen Ginsberg est dévasté. Ce dernier s'en va. Il s'embarque pour l'Afrique.

- et Neal ?

- la vie conjugale l'ennuie. Il en a marre de son travail de serre-frein pour la Southern Pacific Railroad. Il pose des rails toute la journée pour subvenir aux besoins du ménage. Il ne veut pas de ça. Il sait pas gérer les économies du ménage. Il achète une Hudson dernier cri. Plus d'argent.

- ils vont faire comment ?

- Jack Kerouac appelle Neal. Neal saisit l'occasion. Il s'en va. Il abandonne femme et fille. L'appel de la route est le plus fort. Jack et lui traversent l'Amérique et le Mexique. La route agit sur eux comme une drogue. C'est la fuite permanente. Plus de règles. Plus de morale. Plus rien ne les maintient dans la réalité. L'aventure peut commencer. Equipée sauvage. Neal et Jack taillent l'asphalte sans jamais s'arrêter. Ils engloutissent les kilomètres. Ils bondissent de New York jusqu'en Californie ...

- tout ça en bagnole ?

- pas du tout ! Ils prennent aussi le bus et le train. La tête farcie d'alcool. D'herbe. D'amphétamines. Ils multiplient les étreintes furtives. Les ébats clandestins. Neal trouve même le temps de se marier une troisième fois ! Pas le temps de divorcer de sa deuxième femme. C'est pourtant vers cette dernière qu'il revient sans cesse.

Mais entre Jack Kerouac et Neal il y a une différence.

- laquelle ?

- pour raconter tout ça Neal ne croit pas en ses talents d'écrivain. Il ne parvient pas à asseoir une œuvre structurée. Il ne persévère pas. Il ne croit pas en lui. Il en touche un mot à Allen Ginsberg.

" Il existe une insatisfaction en moi. Une impatience fondamentale. J'ai le sentiment d'une impuissance qui m'accable. Je n'arrive pas à me servir des mots pour exprimer ce que je ressens ... "

Jack Kerouac publie " Sur la route ". Il rencontre le succès. Neal se sent trahi par le portrait que dresse de lui Jack dans son roman. Il dit qu'il a rien à voir avec le personnage de Dean Moriarty. C'est pas lui. C'est un autre.

- ?

- Bao ! Si Neal n'avait pas existé Jack Kerouac n'aurait pas écrit son roman !

- ... Il se passe quoi après ?

- Neal se brouille avec Jack. Alors que son double de fiction Dean Moriarty devient célèbre Neal Cassady sombre dans le chaos. Ça s'arrête pas là. Neal retourne en prison. Il est arrêté pour détention de marijuana.

- et alors ?

- pendant deux ans il croupit en prison ! Puis il est libéré. Sa seconde femme Carolyn Robinson exige le divorce. Il n'a d'autre choix que d'accepter.

Bao !

Carolyn était son seul point d'ancrage. Son équilibre.

- et alors ?

- Neal ouvre le dernier chapitre de sa vie ...

- il fait quoi ?

- il fait la connaissance de Ken Kesey.

- c'est qui ?

- c'est l'auteur qui a écrit " Vol au-dessus d'un nid de coucou ". C'est aussi un gourou !

- ?

- il a fondé une communauté. Les Merry Pranksters.

- ça veut dire quoi ?

- les Joyeux Drilles !

- et alors ?

- c'est une communauté proto-hippie. Elle préconise la transcendance par l'absorption du LSD. Neal jongle avec la folie.

- ça veut dire quoi proto ?

- qui précède ! Les Merry Pranksters affrètent un bus scolaire pour parcourir l'Amérique. Avant de partir ils le repeignent avec des motifs et des couleurs fluo. C'est parti pour une odyssée délirante. Les Merry Pranksters sillonnent l'Amérique. Neal tient le volant du bus. Il est imbibé d'acide. Le bus fonce à travers là plaine. Il ne craint rien. Il fait mener à son bus un train d'enfer. Il est seul au volant. Il monologue. Il passe en revue les mille et une anecdotes de sa vie. À San Francisco il lâche les Merry Pranksters. Pour rencontrer les Acid Tests. Un autre groupe. Qui pratique l'absorption de LSD. En masse !

Bao ! Ça préfigure les grands rassemblements hippies à venir ! Pour parader Neal se déguise en gorille. Il devient la coqueluche des Acid Tests. La communauté se dissout. Chacun repart.

- et Neal il devient quoi ?

- il trouve refuge au Mexique. Il commence à éprouver des regrets. Il est torturé.

À un ami il confie :

" Vingt ans de vie à fond la caisse ... Il reste pas grand chose ... Mes enfants sont bousillés ... "

Il participe à une fête de mariage à côté de Mexico. Il fait un froid glacial. Il veut partir. Il porte un jean et un T-shirt. Il longe la voie ferrée à moitié conscient. Le lendemain on le retrouve inanimé. Il a sombré dans le coma. Causé par le froid. Et par une surdose d'alcool et de barbituriques. On l'emmène à l'hôpital. Il meurt quelques heures plus tard

...

- Kun ! Il avait quel âge Neal quand il est mort ?

- il n'avait même pas quarante-deux ans ...

357

 

Posté par soul attitude à 20:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]


07 mai 2017

Les portes de la perception

- Bao ! T'as entendu parler des Doors ? C'est un groupe de rock qui a sévi aux États-Unis dans les années 1960 et 1970 !

- Kun ! De ce groupe ce que je sais pas c'est comment trois musiciens pas rockers et un apprenti beatnik ont pu arriver jusque-là ! Il s'appelle comment l'apprenti beatnik ?

- Jim Morisson ! Bao ! Deux mots distinguent les Doors des autres groupes !

- ?

- " high " et " fuck " !

- ça veut dire quoi ?

- " défonce " et " baise " !

- ?

- Bao ! Tu retrouves ces mots dans un de leurs titres !

- lequel ?

- " the end " ! Pour bien des esprits ce sont deux mots qui résument à eux-seuls le groupe. Mais les Doors ne cherchaient pas ça !

- ils voulaient quoi ?

- servir de pont !

- ?

- entre rock et poésie !

- Kun ! Jim Morisson il fait quoi ?

- à vingt et un ans il étudie le cinéma ! Son père il a quarante-sept ans.

- et alors ?

- c'est le plus jeune amiral de l'US Navy ! La mère c'est une dévote. Elle est invivable car elle est trop rigoureuse en matière de religion !

- quelle religion ?

- catholique ! C'est une religion chrétienne. La mère de Jim élève seule ses trois enfants. Le papa lui il est jamais là. Jim c'est l'aîné de la famille ! Mais Jim s'isole ! Il créé son propre monde ! Il recherche la stabilité en fréquentant les bibliothèques et les librairies ...

Jimi est différent des autres garçons.

- pourquoi ?

- ... Il est persuadé d'abriter l'âme d'un chaman indien. Il aime se singulariser dans les couloirs de l'école !

- il fait quoi ?

- il simule des syncopes ! Il imite les funambules ! Il marche sur les rebords des fenêtres ! Il enjambe les parapets ! Mais il se réfugie toujours dans les livres.

- il lit quoi ?

- Nietzsche ! James Joyce et William Blake. Arthur Rimbaud. Les auteurs de la Beat Generation. Il s'identifie à Dean Moriarty !

- Dean Moriarty ?

- le second personnage du roman " Sur la route " de Jack Kerouac. Ce dernier a construit le personnage en prenant son propre ami Neal Cassady comme exemple !

- ...

- Jim Morisson écrit des poèmes. La musique ne l'intéresse pas ! Mais il est fasciné par Elvis Presley et Frank Sinatra ...

- Frank Sinatra ?

- il admire sa voix !

- il va faire quoi Jim ?

- il s'inscrit à l'UCLA ! Il veut faire du cinéma. Section art dramatique. Il se projette en réalisateur underground !

- Kun ! C'est quoi l'UCLA ?

- l'Université de Californie à Los Angeles ! C'est une fac américaine qui possède une renommée mondiale pour l'éducation et pour la recherche.

- Kun ! Les parents de Jim ils en pensent quoi ?

- Jim rompt avec ses parents. Bao ! Il faut se tremper dans le contexte de la Californie des années 1960. Dans le climat qui régnait à ce moment-là. En Amérique il y a pas mal de choses qui changent !

- quoi par exemple ?

- les adultes qui se réfugient dans l'alcool pour accepter de laisser partir leur progéniture au Vietnam

...

- ????

- comment ils se sont rencontrés les Doors ?

- chez le Maharishi Mahesh Yogi ! Le même que celui des Beatles ! Les Doors étaient adeptes du Om ! Ils s'intéressent à la méditation transcendantale ! Mais ce sont aussi des apprentis musiciens. John Densmore aux drums. Robbie Krieger à la guitare. Le pianiste Ray Manzarek à l'orgue !

Jim Morisson et Ray Manzarek se découvrent l'un et l'autre. Ils sentent des affinités. Des points communs. Des sensibilités artistiques comparables. Une même façon de voir les choses. L'avenir. Ils peuvent se compléter.

Comme les Beatles ! Comme tous les groupes de rock au début ! Lorsqu’ils commencent !

Jim Morisson et Ray Manzarek se mettent à travailler. Et à consommer des acides.

Ils obtiennent leur diplôme de cinéma à l'UCLA. Ils replongent. Herbe. LSD. Amphétamines. Alcool pour Jim. Jim ne va pas bien ! Il sait pas quoi faire de sa vie. Il sillonne les plages. Sans domicile fixe. Il tripe tous les jours. Il atterrit chez une fille. Il trouve à dormir sur le toit d'une baraque. Celle d'un ami. Il écrit des tonnes de textes. Ça va servir de substance au premier disque des Doors. Jim a vingt-deux ans !

- et alors ?

- tout est possible ! Il laisse tomber le cinéma. Il décide qu'il chantera ses poèmes avec un groupe de rock. Il voit tout. Il entend tout. Il est visionnaire. Le groupe. Ses potes musiciens. La mélodie. Les textes. Il trouve le nom qu'il va donner au groupe. Les Doors.

- les Doors ?

- en hommage à un ouvrage qui s'intitule Les Portes de la Perception. Auteur Aldous Huxley.

- il dit quoi cet auteur ?

- il raconte ses expériences sous mescaline !

- où naît le groupe ? Dans une salle de concerts ? Autour d'une pinte de bière dans un pub ?

- à la plage !

- ??

- Jim Morisson remonte le long des vagues. Vague à l'âme. Il retrouve l'organiste Ray Manzarek. Ce dernier est surpris.

" Jim ! Toi ici ?

Je te croyais à New-York en train de mener une vie de Beatnik !

Tu fais quoi de tes journées ????

" J'écris des textes.

" Tu veux les chanter ?

" Oui.

" Jim ! On forme un groupe ".

...

- Kun ! Aucun membre du groupe n'est un musicien de rock !

- Bao !

C'est comme ça qu'ils sont devenus un des groupes les plus populaires des années 1960 ! La composition du groupe est étrange !

Ray Manzarek l'organiste c'est un pianiste classique ! John Densmore le batteur un jazzman ! Robbie Krieger le guitariste a quinze ans lorsqu'il étudie le flamenco ! Bao ! C'est cet alliage étrange qui va donner la musique des Doors !

Elle va à l'encontre de tout ce qu'on entend à San Francisco !

- on entendait quoi ?

- que du blues ! Pourtant les Doors commencent mal.

- pourquoi ?

- parce-que les premières répétitions c'est avec le combo de Ray Manzarek ! Ce dernier ne peut se passer de ses frères. Mais entre eux et Jim ça ne passe pas. Ils ne supportent pas Jim. Ils claquent la porte. Ça n'empêche pas les Doors de se produire au Whisky a Go Go quelques mois plus tard ...

- c'est quoi le Whisky a Go Go ?

- un club mythique de la Californie ! Une boîte de nuit où traînent les Beatles et Steve McQueen !

- c'est qui Steve McQueen ?

- un acteur de cinéma des années 1960 ! Un coureur automobile !

Au Whisky a Go Go les concerts des Doors deviennent un rituel. Un événement.

Une échauffourée permanente. Tous les soirs c'est l'émeute.

Quand John Densmore le batteur n'en peut plus Jim prend le relais. Il se met à hurler dans le micro. Avec ça Ray Manzarek l'organiste fait groover le tout. Avec la main gauche.

- ???? Pourquoi la main gauche ?

- il joue les basses ! Les Doors n'ont pas de bassiste. Ils n'en auront jamais.

- c'est quoi qui fait la différence avec les autres groupes ?

- la magie ! Elle flotte dans l'air tous les soirs.

- c'est dû à quoi ?

- les chansons ne sont jamais reproduites à l'identique ! Bao ! Quand il se passe quelque chose sur scène on sait tout de suite quand on vit un évènement exceptionnel !

Qui ne se reproduira plus jamais. Mais avec les Doors c'est tous les soirs que la magie se reproduit !

Jim créé l'événement à lui-seul ! Sanglé dans son pantalon en cuir noir il se roule par terre. Il improvise. On n'a encore jamais vu ça au Whisky a Go Go.

...

Les soirs de relâche Jim se rend à la Factory.

- c'est quoi la Factory ?

- c'est l'atelier créé par Andy Warhol. Le peintre. Ce dernier possède un atelier de peinture dans lequel il fait passer tous les groupes underground de New-York. Il leur donne une chance.

Andy héberge le Velvet Underground. C'est son groupe fétiche.

Le Velvet entoure un chanteur. Lou Reed. Depuis quelques jours le Velvet est descendu sur la Côte Ouest pour jouer.

...

Jim se poste dans un coin. Il observe le groupe sur scène. Il flashe sur le son du Velvet et sur les textes de Lou Reed.

Il comprend. C'est instantané. C'est comme ça qu'il faut faire. Comme Lou Reed. Comment attirer l'attention du public. Et celle des producteurs et des maisons de disques.

Les Doors jouent tous les soirs au Whisky a Go Go.

Ils se donnent à fond. Ils ont tout à gagner.

Ils créent le bordel. Ils n'en ont cure. Ça ne s'arrête pas. Mais le patron du Whisky a Go Go n'en peut plus. Il a peur pour son établissement.

Il attend que les Doors finissent leur set. Il faut partir. Déserter le Whisky a Go Go.

La bande de Jim Morisson se retrouve dans la rue. Sans salle pour jouer. Banqueroute. Plus de revenus. Le vide.

Qu'importe ! Le groupe a créé l'événement. Il s'est fait connaître.

Pour le dernier concert le patron d'Elektra était dans la salle. Il les signe sans attendre. Elektra une maison de disques. Mais il y a un problème.

- c'est quoi ?

- le patron d'Elektra est inquiet. Il pense que Jim est fou. Il écrit des textes où il ne parle que de mort ! Tant pis. Les quatre des Doors vont enregistrer leur premier album. Sur un quatre pistes. Le même que celui qu'ont utilisé les Beatles pour enregistrer leur premier album.

Dans le studio d'Elektra Jim chante dans le même micro que Frank Sinatra son idole !

Bao !

En quelques chansons les Doors prouvent qu'ils n'ont aucun prédécesseur. Sur ce premier album un titre étrange. Énigmatique. " The End ". Le morceau dure 11 minutes. Quelques années plus tard il sera repris par Francis Ford Coppola dans son film " Apocalypse Now " ...

- c'est quoi " Apocalypse Now " ?

- un film sur la mort et sur la folie ! Un film sur la guerre. Celle du Vietnam. La chanson va devenir indissociable du film !

Bao tu sais quoi ?

- ...

- Jim Morisson voulait rien de tout ça !

- ...

- tout ce qu'il demandait c'était de passer sa vie à écrire des poèmes !

0314

Posté par soul attitude à 20:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 avril 2017

Illumination

Bonjour !

Moi c'est Bao. Je me présente. Je suis Chinois. Je suis l'ami de Kun. Kun est mon ami. Nous vivons tous les deux à Pékin. Dans un deux-pièces au centre ville. À deux rues de la place Tiananmen. Oui ! Là où se sont déroulés les fameux événements en 1986.

Pékin c'est une ville qui est toujours en chantier ! Le plus souvent ils construisent des immeubles de quatre étages. Là ça devient franchement du n'importe quoi ! Les buildings qu'ils construisent n'ont plus de limites ! Ils montent toujours plus haut !

Bah ! Je suis pas là pour raconter ma vie. Mais pour transmettre ce que Kun me raconte tous les jours par Skype.

De toute façon j'ai pas mon mot à dire ! Depuis qu'il a obtenu un budget pour faire un reportage sur les Beats aux États-Unis on se voit plus ! Il n'arrête plus de voyager ! Il y a toujours quelque chose à faire.

Ça me fait chier que Kun parte comme ça pour chaque reportage ! Mais bon il aime ça. C'est un passionné. C'est comme ça ! La vie en couple ça demande toujours des concessions. Comme on dit 50 / 50 !

Il va rencontrer Patti Smith ! Oui ! La chanteuse de rock américaine. L'égérie du mouvement punk en 1977. Celle qui a sorti la version monumentale du " Gloria " des Them. Un groupe anglais mythique des années 1960 !

Putain j'en crois pas mes yeux !

- Bao ! Tu sais pas !

- je sais pas quoi ?

- Patti est très éprise de la France ! Elle aime la France !

- c'est quoi la France ?

- un petit pays d'Europe ! Le pays des droits de l'homme ! Patti elle est un fan très assidu des auteurs français ! Les plus sulfureux ! Elle n'a pas choisi le rock pour rien !

- ?

Mmm ... Kun est devenu un journaliste réputé pour son sérieux. C'est pour ça qu'il voyage beaucoup. C'est ce que j'ai compris !

Il me rapporte mot pour mot l'entretien qu'il a eu avec la grande dame. Devant mon écran je vois Kun s'animer. Il raconte

...

- bonjour Patti ! Moi c'est Kun !

- bonjour ...

- Patti ! T'es tombée amoureuse de Rimbaud ?

- oui. À cela plusieurs raisons ! Je suis perpétuellement en quête d'extases ! D'épiphanies ! J'aime la liberté sauvage ! C'est mon credo. Absolu.

- c'est quoi les épiphanies ?

- tous les types de manifestations ! Les illuminations en tout genre ! Toutes les apparitions soudaines d'où qu'elles viennent !

Kun !

- ?

- j'aime les mots et la pensée que la poésie véhicule ! Je veux capter l'air du temps pour le retranscrire dans les verbes mais aussi la musique.

- Patti ! Ça s'est passé comment ta première scène ?

- au début des années 1970 ! Dans l'église Saint Marc à Manhattan ! J'arrive sur les planches. C'est une première pour moi. Pourquoi ? Parce que récemment je me suis convertie à la musique.

- avant tu faisais quoi ?

- je touchais à la poésie ! À la peinture ! Le public que j'ai là en face de moi est truffé d'artistes d'avant-garde et de rockers underground. Ce public m'impressionne ! C'est le public le plus intransigeant qui soit. Surtout à New-York !

Lenny Kaye mon guitariste a démarré le show. Sans attendre il introduit la grande nappe sonore. Il fait ça avec sa pédale d'effet. Il en possède une exprès pour ça.

Ça donne le ton au concert. Il appelle ça " faire son bruit ". Kun ! On fait du rock ! Avec sa guitare il édifie le mur du son qui va aller crescendo. Boucan d'enfer. Après c'est moi. Les projecteurs s'allument et je me retrouve seule face au public.

- tu fais quoi ?

- mon pote ! J'écarquille les yeux ! Je me demande où je suis ! Ce que je fous là ! Et puis la chaleur envahit tout mon corps. Je vais défaillir. Mais non. Une bouffée d'adrénaline monte en moi. L'excitation surgit. Elle ne me lâchera pas durant tout le concert. Et d'un trait j''entonne mes poèmes. Je les clame plutôt.

Dès les premières secondes je me sens vulnérable. Sensation d'horreur ! Et étrange. Je me sens offerte en pâture au public. À tout ce qui compte d'intelligentsia underground dans New-York ! Je donne le meilleur de moi-même. J'ai tout à gagner. Et par-dessus tout j'ai quelque chose à dire. Je lance au public mes chansons et mes adresses !

Kun ! Mes poèmes ce sont des histoires de héros et de vilains ! Je lâche tout ! Sans pudeur ! Les langages s'entrechoquent ! Les idées s'affrontent !

Kun !

Le langage que j'utilise est à la fois châtié et argotique ! Les différents langages s'accouplent sans fausse pudeur grâce à Jesse James ! James Dean ! Vladimir Maïakovski ! Rimbaud ! Les putains de Mexico ! Kun ! D'un seul coup je déverse tout !

- ...

- je me déchaîne ! Je suis effrontée ! À la fois muse perverse et souveraine

...

Kun ! C'est plus fort que moi ! Je ne cherche pas à entraver le flot des mots qui sortent de ma bouche !

C'est une poésie païenne qui prend sa source dans mes lectures et dans mes convictions !

Elle est âpre ! Minérale ! Torrentielle.

Sur scène je me crucifie ! À l'électricité. Je m'offre en pâture au public. J'aime ça. Tu sais pourquoi ?

- non.

- à cet instant précis je sais que plus jamais je ne devrai choisir entre poésie et musique. À partir de ce soir je mêle les deux !

Poésie !

Rock'n'roll !

J'ai une surprise qui m'attend dans le public.

- quoi ?

- Allen Ginsberg ! Il est au fond de la salle. Hilare ! Il me dévisage. Je comprends pas.

- et alors ?

- il est barbu ! Farfelu ! Il applaudit ! Pourquoi ? Il se fout de ma gueule ? Je sens la colère monter. Je vais foncer sur lui. Je regarde autour de moi. C'est moi qu'il regarde !

J'abats mes défenses.

Je lui rends son sourire. Illumination. Allen Ginsberg. Il m'adoube. Je suis une de ses filles. Spirituelle. De cœur. Légitimée. À ce moment je sais quel est mon rôle. Je suivrai mon destin. Je serai l'apôtre de la contre-culture.

Kun !

- Patti ?

- je suis pas une Punk !

- Patti ? Mais alors tu as quoi en commun avec les auteurs Beat ?

- la vision !

- c'est quoi ?

- je refuse de hiérarchiser les arts ! Sur un même plan je dispose les stars du rock et les auteurs classiques ! Je mélange la culture populaire et la culture savante ! Je professe l'ouverture à la multiplicité et à la diversité des arts ! Les faits et les évènements. Les écrits. Je m'ouvre à toutes les expériences et à tous les champs d'expérimentation.

Comme tous les Beat je rêve de symbiose absolue. De l'accomplissement et d'un partage artistique où la symphonie des êtres et des choses peut se mirer à l'infini ! Kun ! La poésie c'est un miroir !

C'est comme si tous les êtres humains se regardaient et découvraient l'autre à travers un miroir !

- ...

- Kun ! Dès le début des années 1950 les Beats ont cherché à lier les mots à la musique ! Déjà Jack Kerouac se définissait comme un poète jazzy !

- ...

- Jack Kerouac a écrit de nombreux blues ! Allen Ginsberg ne lisait jamais ses poèmes en public sans un fond sonore ! Il y avait toujours un air jazz derrière ! Une mélodie underground ! Allen Ginsberg était proche de Bob Dylan ! Ensemble ils ont enregistré plusieurs chansons !

- et William Burroughs ?

- sans parler de musique à lui-seul son récit [Le Festin nu] il le définit comme un kaléidoscope de panoramas divers ... Un pot-pourri composé des bruits de la rue qui se mêlent à un chœur de mandragores ! Kun ! L'écriture des Beats se compose de rythmes (" Beats ") mais aussi de tous les sons qui proviennent de la nature et de la ville ! Des corps ! Des mécaniques et des sexes !

Kun ! Quand je chante je psalmodie mes poèmes. Je considère la diction d'un texte comme un événement ! Elle doit se confronter au réel ! Ce type d'événement ne peut avoir lieu que si deux éléments se rejoignent !

- lesquels ?

- le récit et le public ! La voix du poète doit porter les mots le plus haut et le plus loin possible !

- ça veut dire que la poésie c'est d'abord un art oral ?

- oui ! Mais violent ! Il se doit d'être spontané et passionné ! C'est une forme de révolte ! Un art au même titre que les autres ! Elle a un rôle à jouer !

Je considère la poésie comme un événement qui doit avoir lieu à un moment donné et qui n'a aucun compte à rendre à la bienséance ou à la norme !

Kun !

- ?

- la poésie c'est un acte politique ! Son but est de faire jaillir la vérité ! Une vérité ! C'est une lutte perpétuelle ! Kun !

- ?

- je me sens investie d'une mission !

- ?

- insuffler au rock une nouvelle énergie ! Un souffle nouveau ! L'esprit des nouvelles seventies doit rejeter celui des seventies décadentes ! Je veux fouetter le sang du rock ! Lui redonner vie ! Mélanger la poésie aux décibels ! Atomiser les idées ! Injecter au rock l'antidote poétique !

- tu lui reproches quoi au rock des seventies ?

- Kun ! Je supporte plus ses outrances de came ! De luxe et d'autosatisfaction ! Kun !

- ?

- tu sais de quoi je rêve ?

- ...

- de chevauchées indiennes !

- ????

- de régénérations sauvages ! De villes et de contrées mythiques ! D'ensemencements primitifs et dionysiaques !

- Patti ! Tu parles comme la mère d'Alexandre !

- Kun ! Je suis comme je suis ! Une révolutionnaire ! Une anarchiste ! Kun ! Pour moi la poésie et le sens que portent les mots ne gagnent rien à être élitistes ! La poésie c'est l'émanation directe de la force vive d'un peuple ! C'est l'art de la rue ! De la route ! De la poussière ! C'est un fracas humain ! De guerres ! De batailles ! De naissances et de morts ! De fêtes barbares ! Kun !

- ?

- la poésie est millénaire ! Elle ne s'arrête jamais ! Elle chevauche les siècles ! Depuis toujours elle porte en elle un parfum d'étrangeté ! C'est elle qui définit l'éternité !

- ?

- en cela la poésie restitue l'espoir en chacun de nous !

...

0995

Posté par soul attitude à 20:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 avril 2017

Festin nu

- Bao !

William Burroughs c'est le roi des junkies ! Mais c'est aussi un personnage flamboyant ! Et controversé !

- il a fait quoi ?

- il a révolutionné la littérature !

- comment ?

- il a inventé une écriture à la fois virale et iconoclaste !

- ça veut dire quoi iconoclaste ?

- ça veut dire qu'il possédait une attitude hostile vis à vis des interdits de tout poil ! William Burroughs il réfute toute croyance qui lui est imposée ! Un iconoclaste s'attaque directement aux valeurs réputées intouchables !

- ...

- Burroughs va sortir un des chefs d'œuvre les plus originaux du 20ème siècle !

- ça s'appelle comment ?

- " Le Festin nu " !

- ...

- l'auteur est une personnalité étrange ! Ce qui le passionne avant tout ce sont les hiéroglyphes !

- pourquoi ?

- parce-que dans les hiéroglyphes c'est pas qu'il les trouve beaux ou représentatifs d'une civilisation disparue mais il croit qu'ils sont dangereux ! Et subversifs ! Pour lui étudier un hiéroglyphe c'est comme observer une arme pour en comprendre le fonctionnement ! Comme un fusil ! Un pistolet !

Pour lui regarder un hiéroglyphe c'est observer de près comment se constitue une forme virale au sein de l'écriture ! Comment détecter une force qui échappe à tout contrôle !

Dans ses écrits William Burroughs il aime pas les personnages !

- pourquoi ?

- il y a un risque !

" Quand un écrivain se prend pour un de ses personnages il est perdu " !

Il répète toujours ça !

- pour lui c'est quoi un écrivain ?

- un capteur professionnel ! De son vivant ! Une machine à enregistrer tout ce qui passe ! Un magnéto ! Pour lui l'écriture c'est une bande magnétique permanente ! Au fil du réel ! Sur laquelle se couchent puis se télescopent des voix inconnues ! Des voix de l'au-delà !

Pour Burroughs la plus belle écriture c'est celle que l'on entend sur un magnétophone ! Après il n'y a plus qu'à la transcrire sur du papier avec une machine à écrire !

- tout ça ça vient d'où ?

- depuis le début ! Depuis le démarrage de William Burroughs dans la vie ! Celui-ci s'intéresse même au phénomène des voix qui sont captées sans magnétophone et qui sortent sur des bandes vierges ! On peut entendre ces voix qui viennent d'on ne sait où ! Et de nulle part !

- ?? Ça vient d'où ça ?

- c'est un chercheur qui le dit ! Il est le seul à en parler ! Ou à oser le faire !

- il s'appelle comment ?

- Konstantins Raudive ! Il en parle dans son ouvrage Breakthrough ! Dans ce phénomène de voix que l'on entend sans enregistrement William Burroughs lui il y voit un symbole ! Pour lui c'est un moyen d'être en communication et en lien direct avec la poésie désincarnée de Jack Kerouac ! Ou de comprendre la signification des cut-ups !

- c'est quoi les cut-ups ?

- c'est une technique littéraire qui consiste à découper des bouts de phrases sur des journaux et à les éparpiller sur le sol afin de créer un nouveau texte lorsque tu les rassembles !

Bao ! Il y a autre chose !

- c'est quoi ?

- l'objectif du cut-up c'est de décourager la littérature d'intention ! L'écriture programmée ou sur mesure ! De façon volontaire tu injectes le jeu du hasard dans la phrase ! Ça donne de nouvelles couleurs aux mots ! Une autre signification ! Ça apporte quelque chose de différent ! Une autre lumière sur la signification

D'une chose

D'un mot

D'une phrase

D'un texte !

Bao !

Pour William Burroughs :

" Les écrivains travaillent avec les mots comme les peintres travaillent avec les couleurs !

D'où viennent ces mots et ces voix ? Ils proviennent de nombreuses sources ! Des conversations entendues ou réentendues ! Plusieurs fois !

De films ou d'émissions de radio ! Des journaux ou des magazines ! D'autres écrivains ! Par exemple une phrase peut te venir à l'esprit après une vieille histoire de l'Ouest lue dans un magazine de concierge plusieurs années auparavant ! "

William Burroughs écrit ça dans " Les Voleurs " ! Cet essai résume à lui seul sa façon d'écrire !

Bao !

William Burroughs est un voleur en soi ! Comme Jean Genet l'était avant lui ! C'est pour ça qu'il se réclame de ce dernier ! Il n'empêche ! William Burroughs est un rescapé !

- un rescapé de quoi ?

- de bonne famille ! Même si celle-ci est à moitié ruinée ! C'est un décalé ! Un original absolu ! Il s'habille comme un homme d'affaires ! Costume ! Cravate ! Chapeau ! Il s'appuie sur une canne ! En toutes circonstances !

- pourquoi une canne ?

- pour mieux donner le change ! Ou tromper l'adversaire !

- physiquement il est comment ?

- grand ! Anguleux ! Austère ! Il se sert de cet accoutrement pour échapper aux investigations de la police ! Ya pas personnage plus malsain que William Burroughs ! Il est infréquentable !

- pourquoi ?

- il aime les armes à feu ! Marié il est gay ! Héroïnomane par goût plus que par nécessité ! Il va plus loin ! Il s'inocule lui-même la peste pour mieux tester ses propres limites ! Vis-à-vis des drogues William Burroughs possède une attitude extrême ! Il est ambivalent et équivoque !

- ?

- pour lui la drogue c'est pour aller le plus loin possible ! Jusqu'aux confins du danger ! Pour lui c'est une arme maniée par les autorités américaines pour mieux contrôler la rue ! Pour manipuler les hommes ! Pour tromper les gens !

Selon lui les autorités veulent endiguer toute tentative révolutionnaire ou un quelconque semblant de révolte !

Bao !

En définitive William Burroughs veut être plus fort qu'une quelconque tentative de contrôle sur lui par l'extérieur ! Toute manipulation de l'esprit par forces interposées !

Tout ça c'est lié à une passion ! La police ! Les juges ! Toute forme d'autorité ! Tous les conservatismes !

Au final William Burroughs fait penser à un junky de laboratoire ! Un décalé à l'excès étudié ! Ce qui fait vivre William Burroughs c'est jusqu'où peut aller le contrôle des évènements !

C'est un virus ! Ça va jusqu'aux limites de son œuvre ! En permanence William Burroughs recherche le hasard ! Le risque et le jeu ! Il aime la perturbation ! Il s'est servi de ça jusqu'à la construction et l'organisation de son œuvre !

" Le Festin nu " C'est son œuvre maîtresse ! Bao ! Sais-tu dans quelles circonstances cette œuvre a été écrite ?

- non !

- elle a pris forme à Tanger ! Dans le quartier indigène !

- c'est où Tanger ?

- au Maroc ! À l'extrémité de Gibraltar ! Ça donne sur la mer ! C'est à deux doigts d'un pays d'Europe qui s'appelle l'Espagne !

- ça a été écrit quand ?

- dans les années 1950 ! William Burroughs était pas en état de l'écrire ! Il l'a rédigé dans un état de semi-hallucination ! Dans un cauchemar désenchanté ! Il oublie presque tout lorsqu'il se rendort ! Son récit s'organise de façon aléatoire ! Les chapitres sont mélangés et associés à la hâte ! Ils figurent sur de grandes feuilles disposées par terre sur le sol miteux de son appartement ! C'est une succession de drôleries !

De bouffonneries

D'horreurs

De paranoïas !

Aujourd'hui en lisant ce texte on découvre de nouvelles opportunités dans le rire et dans l'horreur ! Aucune explication rationnelle ! C'est une descente aux enfers !

Un cauchemar vivant ! Toutes les actions se passent dans l'esprit d'un junkie ! Le Festin nu ça remet en question le roman classique en le déstructurant ! Ça donne chair aux divagations liées aux effluves de la morphine ! Ça part dans des allégories qui oscillent entre la science-fiction et la tragédie ! Ça parle de modifications corporelles ! D'orgies ! De complots et de créatures surnaturelles qui surgissent de l'esprit !

William Burroughs s'ingurgite 60 capsules de morphine par jour ! Il ne sort plus de sa chambre ! Cet univers qu'il a créé s'appelle Interzone ! C'est un labyrinthe mental dans lequel tu te perds ! William Burroughs créé un nouveau style ! Une autre façon d'écrire ! Il domine la langue ! Le meilleur moyen d'exercer le contrôle sur sa vie c'est de réduire à néant ce contrôle par l'écriture !

- ...

0006

Posté par soul attitude à 23:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 avril 2017

Rencontres

- Allen !

- Kun ?

- Allen ! Pour la Beat Generation tu donnes l'image de deux personnalités indissociables !

- lesquelles ?

- celle d'une figure médiatique et scandaleuse et celle d'un archiviste méticuleux !

- !?

- on dit aussi de toi que tu as été à la fois intime avec Jack Kerouac et avec Burroughs !

- !?

- Allen ! Tu viens d'où ?

- ! Mon père était prof de lettres ! Ma mère militante marxiste ! Jusqu'à l'âge de 23 ans je suis un garçon timide et complexé !

- tu voulais faire quoi de ta vie ?

- j'en sais rien ! Mes parents me voyaient avocat ! J'ai commencé des études dans ce sens à l'université de Columbia ! Mais j'ai été viré !

- pourquoi ?

- pour rébellion ! Et pour obscénité !

- ?

- à ce moment-là j'ai fait connaissance avec Jack Kerouac et avec Burroughs ! Mais ces deux-là ne me plaisaient pas ! Ils passaient leur temps à vagabonder ! Et puis ils finissent par m'emmener avec eux ! Je me laisse tenter ! Je les suis dans leurs pérégrinations et vagabondages ! Jack et William Burroughs fréquentent des milieux interlopes et ils touchent à toutes sortes de drogues ! Et puis en 1948 il se passe quelque chose !

- quoi ?

- une visitation ! Une prise de conscience ! Les Dieux s'adressent à moi !

- ?

- je me jette à corps perdu dans la poésie ! Corps et âme dans l'aventure poétique ! Je me constitue un réseau de plusieurs relations artistiques ! J'essaye différents types d'écritures qui sont inspirées par le jazz ! Par des écrivains et des poètes tels que William Blake et Walt Whitman ! Et puis en 1955 je réalise que je suis considéré comme un prophète ! Pour la Beat Generation !

- pourquoi ?

- j'écris un long poème musical qui relève d'une longue transe primitive ! Le poème est cru ! Ça scandalise ! Je le récite en public ! Il s'appelle Howl ! C'est une hallucination poétique ! Mais Kun ! C'est une œuvre ! Mon œuvre ! Et c'est censuré ! Je résiste ! Je reste infatigable ! Je me considère comme un contestataire ! Je vis perpétuellement dans la contestation ! Je suis un mystique en pèlerinage constant dans le monde qui nous entoure ! En quête perpétuelle ! Kun ! Je suis le pourfendeur de tous les conformismes ! Quels qu'ils soient ! Où qu'ils se trouvent ! Mais il n'y a pas que ça ! Je suis aussi un militant pacifiste et je me considère aussi comme le défenseur des homosexuels !

Mais Kun ! Avant tout je suis un poète ! Et on dit de moi que je suis le seul à pouvoir associer certaines fulgurances apocalyptiques de la tradition hébraïque à mes propres visions !

- c'est quoi tes propres visions ?

- celles de l'Amérique ! Je trouve que l'Amérique est en pleine déliquescence !

- tu veux dire que l'Amérique dérape ?

- c'est plus compliqué ! Mon Amérique à moi celle que j'imagine elle est à la fois haïe et adorée !

- comment ça ?

- l'Amérique est bouffie d'orgueil ! Elle ne pense qu'à son projet de grandeur éternelle ! Elle délire ! Elle se comporte comme un mythomane ! Elle a la folie des grandeurs ! Elle est inconsciente ! Et elle poursuit ses rêves de grandeur ! Mais Kun ! Pour moi son passé se trouve derrière elle !

- Allen !

- ouais ...

- on dit que tu seras le seul à assurer la transition entre la Beat Generation et ses enfants qu'on va appeler les hippies !

- peut-être ... Je crois que ça va se faire lorsque je fréquenterai Bob Dylan !

- mais Allen ! C'est quoi la poésie pour toi ?

- avant tout c'est un business familial ! Et puis c'est une affaire de rythme dans ma propre vie ! Un équilibre de ma vie personnelle !

Kun ! Dès le départ c'est une affaire de cadence ! Tout seul j'ai appris les rythmes grecs ! Mais je suis aussi fan d'Edgar Poe ! Mes parents me l'ont fait connaître et me l'ont inculqué jusqu'à plus soif !

Dès l'âge de six ans ils m'ont obligé à lire toute l'œuvre d'Edgar Poe ! Mon père m'a initié à ses vers car ils sont rythmés par le souffle ! Kun ! C'est un peu comme si on joue d'un instrument à vent ! Mais en réalité ce qu'il se passe chez nous au cours de l'éducation c'est qu'on nous oblige à apprendre des comptines ! On te demande d'apprendre quantité de poèmes ! Chez nous en Amérique les enfants sont initiés au rythme de la poésie ! À ce propos les Français en possèdent une qui est universelle !

- c'est laquelle ?

- " Frère Jacques Frère Jacques

Dormez-vous ? "

Mais Kun ! J'ai aussi découvert Milton ! Shelley ! Shakespeare !

- Allan !

- oui Kun !

- je peux te poser une question ?

- ...

- lorsque tu étais écolier est-ce que tu avais les mêmes aspirations et les mêmes jeux que les autres enfants ? Que ceux que tu côtoyais ?

- pas du tout !

- pourquoi ?

- à l'âge de neuf ans je prends conscience que je suis gay ! Et puis de par les circonstances j'ai pas le temps de fréquenter les autres enfants de mon âge !

- pourquoi ?

- très jeune ma mère est entrée en asile psychiatrique. Il a fallu que je m'occupe d'elle. C'est alors que j'ai connu une déprime spirituelle vertigineuse ! À cela s'ajoute l'isolement que je connais très vite ! Je sentais bien que j'étais trop différent des autres ! Je crois en définitive que je me sentais différent des autres depuis l'origine des temps ...

- ...

- Kun ! En réalité il y a deux explications ! La première c'est à cause de ma mère. C'est lié à sa maladie ! La seconde c'est mon père !

- pourquoi ton père ?

- oh ! Mon père était très comme il faut ! Dans ma famille il y avait une ambiance à la fois ... communiste et gauchiste ! Et mon intérêt pour des activités différentes n'arrangeait rien !

- des activités différentes ?

- mon intérêt pour la poésie et aussi pour la politique et la musique ! À cette époque j'écoutais beaucoup de musique noire à la radio !

- quoi ?

- de vieux bluesmen et le jazz de La Nouvelle Orléans !

- c'est quoi ce jazz ?

- Bessie Smith ! Billie Holiday ! King Oliver ! Mais j'écoutais aussi beaucoup de classique !

- ?

- Beethoven ! Bach ! ...

Pour le blues c'est surtout une station radio en particulier la WNYC qui diffusait les bluesmen noirs ! Le présentateur ou plutôt la présentatrice s'appelait Lead Belly ! Kun ! C'était le seul moyen d'écouter de la musique à ce moment-là ! D'être en lien avec les autres ! La radio était le seul moyen de savoir ce qui se passait ailleurs ! En terre d'Amérique !

Cette station new-yorkaise la WNYC m'a vraiment initié et m'a fait littéralement aimer le blues ! Elle a forgé mon éducation musicale ! J'avais aussi la chance d'habiter à côté d'une église !

- et alors ?

- souvent le dimanche j'allais écouter les chorales qui passaient ! Il y en avait qui transitaient chez nous ! C'était des negro spirituals ! Aussi très tôt j'ai été initié à la musique africaine !

- Allen ! Pourquoi ta mère est entrée dans un établissement psychiatrique ?

- elle était sujette à des accès de schizophrénie ! Je savais pas à quel point c'était dur à supporter ! Mais dans un sens ça a été positif !

- pourquoi ?

- ça m'a rendu tolérant !

- ?

- oui ! Kun ! Je suis tolérant vis-à-vis de tous les comportements excentriques ! Ou irrationnels ! Sur le plan philosophique et éthique je suis moins dérangé par le chaos ! Avec ma mère je devais affronter des situations chaotiques et vertigineuses en permanence !

C'était très difficile car en même temps je ne devais pas sombrer moi-même ! J'ai pas le droit de perdre mon propre sens de l'équilibre mental et spirituel ! Je n avais pas le choix ! Je devais rester fort ! Pour moi et pour ma mère ! Malgré les tempêtes ! Malgré le chaos ambiant et les ravages que peut causer celui-ci ! Kun ! Depuis très tôt je suis vacciné contre la folie !

Il y a autre chose !

- quoi ?

- j'ai connu beaucoup de fous qui probablement sont plus sains que la majorité des gens que je côtoie tous les jours !

- Allen ! Tu me dis que ta mère entendait des voix ! Elle avait des visions ?

- quelle importance ?

- ça devait être effrayant !?

- non ! Le plus difficile c'était de pouvoir faire face !

- c'était quoi ces visions ?

- elle croyait que Franklin Roosevelt essayait de l'assassiner parce qu’elle était juive ! Ou communiste !

- !

- c'était une forme de paranoïa permanente ! Qui ne s'arrêtait jamais ! Ma mère était persuadée que le FBI l'espionnait ! Moi-même à ce moment-là j'étais en pleine confusion ! Il m'était difficile de distinguer quelle était la réalité ! Où elle se trouvait ! En particulier dans le domaine politique !

- pourquoi tu dis ça ?

- parce-que mon père était socialiste ! Et lui se battait contre les communistes ! Bref c'était le bordel généralisé à la maison ! Là aussi depuis tout petit j'ai été bercé par la politique ! Mon père était passionné ! Il ne pensait qu'à ça ! Il ne parlait que de ça ! Il s'intéressait particulièrement aux extrémités de la vie politique ! Le trotskisme par exemple ! Mais aussi le fascisme ! Il était fasciné ! C'est pour ça que moi même très tôt j'ai été versé en politique ! Mais au collège comme j'étais fragile et intimidé par les autres je devais suspendre mon jugement à celui des autres ! Ce qui fait qu'on ne savait pas ce que je pensais ! C'est pour ça que durant toute ma jeunesse je ne disais rien ! Personne ne savait ce que je pensais ! Je ne parlais pas ! Même pas en famille ! J'osais pas exprimer mes idées ! Mes convictions !

Je ne voulais pas participer à une guerre des clans au sein de ma propre famille !

- ?

- Kun ! Dans les années 1960 au sein des familles américaines tous les jours à chaque repas tout le monde parlait politique ! Et celui qui n'en parlait pas était mal vu ! Il passait pour un dissident ! Pire ! Un communiste !

- ?

- Kun ! La maison dans laquelle j'ai vécu était très riche en discussions politiques ! Elles entraînaient son lot quotidien de disputes ! Mes parents ne parlaient que de politique ! C'était continuel ! J'étais du côté de mon père ! J'avais pas des idées communistes comme celles de ma mère ! Je n'arrivais pas à adhérer à ses idées ! Mais je suis à gauche !

- tu te sens proche de qui ?

- des anarchistes ! Absolument ! Je le revendique avec énergie ! Et puis Kun ! Moi-aussi j'ai fait l'objet d'hallucinations sérieuses lorsque j'étais jeune !

- quoi ?

- j'entendais la voix de William Blake ! Mais j'ai pas été troublé pour autant ! Kun ! Si j'avais pris ça au sérieux ça aurait été une source d'ennui ! J'ai pris ça comme un simple événement dans ma vie ! Une raison supplémentaire pour être tolérant vis-à-vis des autres !

- Allen ! On a l'impression que tu fais des fixations sur tout ! En particulier sur certains écrivains ! Sur Edgar Poe en particulier ! Sur William Blake ! Sur Whitman !

- je sais pas ! Ces trois-là m'ont fortement influencé ! En particulier dans l'écriture ! Mais d'autres écrivains m'étonnaient ! Jack Kerouac ! Burroughs ! Puis Whitman et Blake ! Kun ! Bien que ce soit la voix de Blake que j'ai entendue c'est pas lui qui m'à le plus influencé ! Il n'empêche que c'est avec ce dernier que j'ai vécu ma première grande expérience psychédélique !

- !?

- t'as bien compris c'est comme si j'avais pris un acide ! J'appelle ça une parenthèse dans le tréfonds de ma conscience ! Kun ! J'avais le sentiment d'une conscience instantanée ! Je voyais tout ! J'entendais tout ! Sans voir ni même sans écouter ! D'un seul coup j'ai réalisé à quel point l'univers était infini ! Sans limite !

Et qu'il existe comme une intelligence continuellement présente ! Kun ! À ce sujet je me pose plein de questions ! Peut-être est-ce là une prophétie en provenance de mon potentiel physiologique ? La seule chose dont je sois sûre c'est que c'était une voix qui venait du cœur ! Et elle était structurée ! Dans ces cas-là lorsque je déclame un poème je réalise à quel point la poésie ça peut être quelque-chose de très sérieux ! Un peu comme Antonin Artaud et sa théorie !

- c'est quoi sa théorie ?

- certaines vibrations sonores peuvent entrer dans le corps humain ! Elles peuvent pénétrer directement le cerveau !

- ...

- cela signifie qu'en permanence ces mêmes vibrations bousculent la structure moléculaire du système nerveux ...

Kun ! C'est ce qui m'est arrivé avec William Blake et Whitman !

- ?

- ils ont laissé la trace d'empreintes dans mon cerveau ! Ils y ont déposé un rythme tout pétri d'émotions multiples ! Et pourtant je n'ai fait que lire ces auteurs ! Je ne les ai même pas fréquentés ! Je suis persuadé que même ma propre poésie laisse des traces chez Jack Kerouac et chez Burroughs !

Kun !

- ?

- Kun ! Regarde combien d'adolescents ont vu leur vie changer après avoir lu Rimbaud ! Antonin Artaud ! Edgar Poe !

Kun !

Peut-être tu sais pas ! Mais Edgar Poe est sans doute l'auteur dont l'influence a été la plus forte dans le monde ! Il a influencé plein de gens de la Chine à la Tchécoslovaquie ! C'est le premier auteur adulte que j'ai lu !

- ça veut dire quoi ?

- qu'il peut te rendre paranoïaque !

- comment ça ?

- parce qu’il explore des champs et des horizons sans limites !

Kun !

As-tu lu

" Le cœur révélateur "

Ou encore

" Manuscrit trouvé dans une bouteille " ?

- non !

- ce sont des histoires qui donnent un sens à la vastitude ! Aux grands ensembles ! Au vide ! Au néant ! Aux grands espaces ! Où qu'ils se trouvent ! En Europe ! En Inde ! En Chine ! Les histoires d'Edgar Poe offrent un champ sans frontières et des perspectives illimitées qui puisent leurs ressources dans la solitude et l'isolement ! Elles se nourrissent de ça ! Et aussi elles proposent autre chose !

Edgar Poe te fait prendre conscience que l'être humain possède d'étranges pensées et que des ondes bizarres et inexplicables lui traversent toujours le cerveau !

- ...

Allen ! C'est quoi qui a justifié ton séjour dans un hôpital psychiatrique ? Ce sont tes hallucinations ?

- ce sont mes fréquentations !

- c'est quoi ?

- en 1948 je suis ami avec un tas de junkies et de voleurs qui vivent à Times Square ! En particulier avec un pote qui s'appelle Herbert Huncke ! Au moment où je fais connaissance avec Herbert Huncke il crève de faim ! Il est malade !

- ?

- je le recueille chez moi !

- ?

- il reprend du poil de la bête ! Il va mieux ! Mais il se remet à voler !

- t'as pris ça comment ?

- comme un signe de bonne santé ! C'était plutôt encourageant ! Pour moi s'il avait l'énergie pour voler ça voulait dire qu'il ne se laisserait pas aller !

- ça s'est fini comment ?

- mal ! La police a fini par l'arrêter ! Mais je me suis fait coincer !

- pourquoi ?

- receleur ! Les flics m'ont pris pour son complice ! Herbert ramenait le produit de ses larcins à la maison ! Chez moi ! Alors la justice m'a pas laissé le choix ! Ou plutôt si ! Soit j'allais en prison ! Soit j'allais à l'asile !

Alors j'ai choisi l'asile.

- ...

- j'ai fait une dépression nerveuse ! Je me suis retrouvé dans la maison des fous ! Je me retrouvais là pour des raisons médicales et pour des raisons judiciaires !

Au final je me suis dit que j'avais besoin de faire une cure !

- ...

- c'était le bon endroit ! Au bout de quelques semaines j'ai obtenu plus de liberté ! Je pouvais sortir chaque soir et le week-end ! Et puis j'ai rencontré un gars qui s'appelait Carl Solomon.

- et alors ?

- ce mec m'a fait découvrir un poète français ! Jean Genet ! Et son roman " Notre-Dame-des-Fleurs " ! Il m'a aussi fait découvrir Antonin Artaud !

- avec Carl Solomon c'était quoi ? Une histoire d'amitié ?

- oui !

- il faisait quoi Carl Solomon dans cet asile ?

- il y était pour des électrochocs ! Malgré ça il conservait un grand sens de l'humour ! C'est ce qui m'a plu chez lui ! Il possédait une base titanesque dans la littérature française ! C'était un spécialiste ! Il faisait partie de la clique de Greenwich Village !

Kun ! Tu peux pas savoir ! Tu peux pas imaginer !

Toutes ces rencontres elles m'ont tellement apporté !

0055

Posté par soul attitude à 19:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 avril 2017

Perdre la face

- Kun !

- Bao ?

- tu sais ce qui est le pire pour un Chinois ?

- c'est quoi ?

- perdre la face !

- quoi ?

- tu sais bien ! Ne pas perdre la face ! C'est Mianzi ! Ça concerne pas seulement le visage physique de celui qui est en face de toi ! Perdre la face c'est aussi sur le plan social !

- ça veut dire quoi ?

- ça veut dire que ne pas perdre la face devant les autres c'est pour nous une question d'honneur et de considération !

Bao ! La reconnaissance sociale c'est commun à tous les hommes ! Mais chez nous en Chine c'est poussé à l'extrême ! Tu sais pourquoi ?

- non !

- parce-que ce pays a toujours été surpeuplé ! C'est donc important ! Fondamental !

- ?

- tu sais quel est le meilleur moyen de ne pas faire perdre la face à un Chinois ?

- non !

- tu te mets à sa place et tu te demandes ce que tu n'aimerais pas qu'on te fasse !

- mais Kun c'est pareil pour tout le monde ! C'est pas que pour les Chinois !

- oui Bao ! C'est le principe de base de toute relation humaine ! Plus que pour tout autre habitant vivant sur cette planète pour nous le respect c'est ce qu'il y a de plus important ! Un étranger qui rencontre un Chinois doit déployer tous ses efforts pour ne pas l'offenser ! De quelque manière que ce soit ! Et ça va jusque dans le moindre détail ! Il ne faut pas faire ou dire quelque chose au risque de détériorer de futures relations ! Qu'elles soient sociales ou professionnelles ! Pour un Chinois préserver sa face c'est une question de dignité ! Faire perdre la face à un Chinois c'est s'exposer au risque de perdre une relation importante ou un contrat d'affaires ! Vis-à-vis d'un dirigeant ça peut prendre l'allure d'une affaire d'état ! Bao ! Je comprends que pour un Occidental ça peut paraître extravagant !

- pourquoi Kun ?

- parce-que pour un Occidental c'est la pensée individuelle qui prime ! Pour un Chinois c'est ce que peuvent penser les autres qui prime ! Ce que pensent les autres États dans le monde par exemple ! L'opinion qu'ils peuvent avoir de la Chine !

- je comprends pas !

- un exemple ! L'épisode de la flamme olympique à Paris !

- quoi ?

- Bao ! L'arrachage de la flamme olympique avant les Jeux Olympiques de Pékin a été perçu comme une action farouche propre à faire perdre la face à tout le peuple chinois ! Cet acte a été diffusé par la télévision dans le monde entier !

- c'était quand ?

- au début des années 2000 ! La colère de notre peuple a été unanime ! Et elle ne peut s'expliquer simplement par notre sentiment nationaliste ! Tout le peuple chinois a pris ça pour une véritable provocation ! Tous les Chinois se sont retrouvés solidaires avec leurs propres dirigeants ! Les Occidentaux se sont excusés ! Mais ils disent que les Chinois sont nationalistes ! C'est faux ! Cet acte a été considéré comme une méprise intolérable par tout un peuple ! Bao ! Il faut pas oublier !

- quoi ?

- nous sommes unis et solidaires ! Pour les Jeux Olympiques cet acte de la part des Français a été perçu comme un acte barbare ! D'autant plus que celui-ci a été accompli par un pays comme la France !

- et alors ?

- pour les Chinois et pour le monde entier la France est renommée pour ses valeurs de liberté et de démocratie ! La Chine s'est sentie doublement insultée !

- ?

- pour nous la liberté possède un autre sens ! C'est une notion qui est fondée sur le respect et l'harmonie d'un peuple ! D'un pays ! D'un continent ! D'une nation entière ! Elle est collective !

5734

Posté par soul attitude à 21:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mars 2017

Chaos

- bonjour Kun !

- bonjour Bao !

- Kun ! Il y a combien de blogs en Chine ?

- je sais pas ! On peut pas les compter ! Ce sont surtout des blogs individuels ! Il y en a 200 millions ! Tu sais bien que nous les Chinois on utilise surtout Twitter ! Et il s'appelle Weibo !

- Kun ! De quoi ils parlent ces blogs ?

- de tout ! De nous ! De la Chine ! De nos préoccupations personnelles ! De la famille ! De l'éducation ! Des problèmes au sein de la société ! De l'emploi ! De l'amour ! De la mode ! De la gastronomie ! De l'économie !

- c'est tout ?

- non ! De politique aussi ! De crise économique ! Bao ! Il faut pas croire !

- il faut pas croire quoi ?

- chez nous en Chine l'opinion publique elle existe ! Mais elle est sous le contrôle de l'État !

- tu veux dire quoi ?

- tu peux écrire sur tout ! Sauf si c'est pornographique ou violent ! Ou alors si tu parles de choses qui pourraient déstabiliser le régime ! Qui pourraient contribuer à renverser le régime ou le Parti communiste ! Bao ! Il y a au moins un avantage ! (Kun se met à rire)

- c'est quoi ?

- au moins chez nous les Chinois les parents n'ont pas à se soucier que leurs enfants soient confrontés à des sites indésirables ! C'est pas le cas en Occident ! Bao ! Il faut pas tout mélanger !

- mélanger quoi ?

- la liberté d'expression et la liberté de communiquer ! En fait ici les gens n'ont pas grand chose à craindre ! Tu sais pourquoi ?

- non !

- parce-que notre régime est un régime totalitaire ! Et tu trouves ça dans l'organisation de son pouvoir ! Dans la structure du parti communiste ! Elle est pyramidale ! Elle exerce un contrôle à tous les étages de la pyramide ! Qui à leur tour exercent un contrôle à tout l'étage ! Ce qui fait qu'en bas tout le monde est contrôlé ! Et ça s'exerce de la façon la plus efficace qui soit ! La dénonciation ! Du voisin ! De la famille ! De ton employeur ! De tes salariés !

- et les journaux d'opposition ?

- les journaux d'opposition n'existent pas ! Ou ils sont clandestins ! Chez nous il n'existe pas de journaux d'opinion de gauche ou de droite ! Ou même démocrates et conservateurs ! Comme ça existe en Occident ! La règle à suivre pour tous les médias c'est que aucun ne doit afficher d'opinions indésirables ou dangereuses pour le régime ! Pour la société chinoise toute entière ! Et ça c'est bon pour tout le monde ! Pour la presse ! La radio ! La télévision ! Internet ! Le régime ne peut tolérer aucun trouble de l'ordre public ! Bao ! Tous les médias se trouvent sous contrôle des autorités ! Mais il y a la liberté d'expression !

- quoi ?

- elle existe ! Bao ! Contrairement à l'Occident pour nous la vraie liberté c'est celle de pouvoir apprendre ! Entreprendre ! Circuler ! Créer ! Sans être inquiété ! En Occident la liberté c'est avant tout celle de penser différemment ! Chez nous c'est celle de construire !

Bao ! Notre pays et notre civilisation sont millénaires ! Ce qui nous fait peur c'est le chaos ! Le désordre ! Les troubles sociaux c'est la hantise des autorités !

Lorsque la société est prospère le chaos c'est perçu comme la pire des calamités ! Le pire des cauchemars ! Et pas seulement pour les autorités ! Pour nous aussi !

Bao ! Tu sais bien que les autorités ne sont pas les seules à penser ça ! Au fond de nous nous les Chinois on le pense aussi

...

0009

 

Posté par soul attitude à 19:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mars 2017

Beat

- Kun !

- Bao ?

- les Beats ont parcouru les États-Unis sans relâche !

- c'est qui les Beats ?

- la Beat Generation ! Un mouvement littéraire et artistique ! Il est né aux États-Unis dans les années 1950 !

- Kun ! D'où vient ce terme ?

- pour la première fois il a été employé en 1948 par Jack Kerouac ! Il veut décrire son cercle d'amis ! Il les nomme ainsi quand il en parle au romancier John Holmes ! Celui-ci publiera le premier roman sur la Beat Generation !

- il s'appelle comment ce bouquin ?

- "Go" !

- Kun ! C'est quoi les amis de Jack Kerouac ?

- Allen Ginsberg ! William Burroughs ! Le premier publie Howl ! Le second Le Festin nu ! Et Jack Kerouac va sortir "Sur la route" !

- il y en a d'autres ?

- oui ! Plein d'autres ! Mais ces trois œuvres sont les plus marquantes de la littérature Beat ! Les idées sont libertaires ! Révolutionnaires ! Certains écrivains sont gays ! Ils affichent ouvertement leur homosexualité ! Dans l'Amérique puritaine ça fait scandale ! Le "Howl" de Allen Ginsberg fait l'objet d'un procès en obscénité aux États-Unis ! Mais ça finit par avoir un impact positif !

- lequel ?

- ça marque le monde de l'édition ! Ça le libère ! Et ça va plus loin que ça ! Cet ouvrage devient une référence pour le mouvement gay et la libération sexuelle ! Il sert de pivot pour la libération de la génération qui va suivre !

William Burroughs ! Allen Ginsberg ! Jack Kerouac ! Ce sont les précurseurs de la libération sexuelle de la jeunesse des années 1960 ! Ils inventent une autre façon de vivre ! La génération des années 1960 c'est celle de la Beat Generation ! Ses valeurs nouvelles ébranlent la société américaine toute entière dans ses certitudes !

Bao !

La Beat Generation inspire directement les mouvements de Mai 1968 ! Elle va générer l'opposition d'une partie de la société occidentale à la guerre du Vietnam ! On lui doit l'apparition des hippies de Berkeley et de Woodstock !

Bao ! Il y a autre chose ! La Beat Generation contribue à enrichir le mythe américain !

- comment ça ?

- parce-que "Sur la route" de Jack Kerouac c'est une ode aux grands espaces ! À une autre épopée vers l'Ouest des États-Unis ! De l'Amérique toute entière ! C'est la découverte de mondes nouveaux ! D'une nouvelle perception du monde qui nous entoure ! La Beat Generation a pour vocation de s'intéresser à toutes les créativités d'où qu'elles viennent ! D'où qu'elles sortent !

Elle fait l'objet d'une créativité débordante ! Elle est fascinée par les milieux underground dans les villes ! En particulier de celles qui sont situées sur les côtes Est et Ouest des États-Unis ! La Beat Generation est fascinée par l'art qui émerge de ces milieux underground ! Un peu comme l'émergence du Punk en 1977 en Angleterre ! Bao ! L'Angleterre c'est situé en Europe !

- Kun ! C'est quoi cet art ?

- une nouvelle façon d'écrire ! Un nouveau romantisme ! Le jazz ! Et bientôt le rock ! La musique psychédélique qui s'associe aux drogues ! Aux expérimentations diverses et multiples !

Bao ! La Beat Generation accorde de l'importance et un attachement sans limite aux grands espaces ! À la nature ! Aux racines ! Au quotidien ! À la vie de tous les jours ! À toute forme de spiritualité ! En particulier aux spiritualités chamaniques qui disent que l'homme fait partie intégrante du Cosmos !

Bao !

Les Beats parcourent l'Amérique sans relâche ! Ils passent des bars mal famés de Denver aux rivages de Big Sur !

- Kun ! C'est quoi être Beat ?

- c'est être sur la route ! Toute la vie ! Une vie entière passée sur les routes !

C'est une autre forme de liberté ! Une forme d'errance ! Elle est volontaire ! C'est un nouveau mode de vie proposé à l'Amérique puritaine des années 1950 et des années 1960 ! C'est une aventure au fil du rail ! Au fil de la route ! Au fil du temps ! Toujours bouger ! Sans cesse être en mouvement ! Sans cesse se mouvoir !

Bao ! Tu sais ce que disait Allen Ginsberg ?

- non !

- "Il faut partir pour trouver la vraie vie ailleurs" ! La vraie vie consiste à la chercher sans cesse ! Les vrais Beats sont toujours en transition ! Le mouvement est perpétuel ! Jamais de rendez-vous fixé à l'avance ! Avec quiconque ! Tu fais connaissance avec les gens au moment où tu les rencontres ! Tu les découvres à ce moment-là !

Jamais avant ! Jamais après ! C'est à ce moment-là que tout se passe ! C'est dans le domaine des possibles !

Tout se passe dans le flux des choses et des passions ! Tantôt tu te diriges vers l'Ouest tantôt tu optes pour l'Est

Bao ! Avant d'écrire "Sur la route" et d'avoir du succès Jack Kerouac travaille pendant de longues années dans une Compagnie de chemins de fer ! Tu sais ce qu'il en retient ?

- non !

- comment on prend un train en marche ! Les hobos lui apprennent comment sauter dans un train qui est déjà parti !

- c'est quoi les Hobos ?

- c'est le nom que l'on donne aux sans domicile fixe ! En masse ceux-ci se déplaçaient de ville en ville ! C'est un aspect des États-Unis que l'on oublie ! Les raisins de la colère ! Sans plus rien les Américains vont chercher de quoi vivre ailleurs ! Ils sont capables de traverser plusieurs États s'il le faut ! Ils vont à la recherche de contrées et de régions plus accueillantes ! Plus dangereuses aussi !

Bao ! Les Hobos vont de ville en ville ! Ils les traversent sans jamais rester longtemps ! Le plus souvent ils se cachent dans des trains de marchandises pour dormir et pour se déplacer ! Ils vivent de menus travaux manuels au quotidien ! Ils se transforment en saisonniers ! Ils parviennent à vivre d'expédients divers ! Aujourd'hui on les appelle les vagabonds !

Bao !

Neal Cassady arpente les États-Unis de long en large ! Il prend de plus en plus de risques ! Il manque de laisser sa peau à chaque fois !

- Kun ! C'est qui Neal Cassady ?

- Neal Cassady il est l'égérie de Jack Kerouac ! Dans son roman " Sur la route " Neal Cassady c'est le personnage Moriarty ! Il est le personnage principal du roman de Kerouac !

Bao !

Jack Kerouac et Neal Cassady forgent de nouveaux chemins ! Des itinéraires inédits ! Ce sont des périples qu'ils décrivent dans leurs écrits ! Leurs périples ! Leurs aventures !

Bao ! Ça parle de l'Amérique profonde ! L'autre Amérique ! Celle dont on ne parle jamais ! Les échanges et les correspondances qui vont donner matière au roman de Kerouac démarrent avec les multiples lettres qu'ils s'envoient d'un bout à l'autre de l'Amérique ! À chaque étape de leur vie et de leur destin ils découvrent des faits nouveaux ! Ils vivent de nouvelles aventures !

Jack Kerouac et Neal Cassady proposent toujours à leurs amis de venir les rejoindre là où ils se trouvent ! Ils se donnent rendez-vous dans des bouges !

Ils se retrouvent dans des bars le long des routes ! Ces bars ce sont des repères ! Des lieux de rendez-vous où tout peut arriver ! Tout peut se passer ! L'irrationnel comme l'inattendu !

- Kun ! C'est quoi ces endroits ?

- des croisements de route ! Des ports où embarquer pour d'autres horizons ! Des lupanars ! Des librairies ! Des stations essence ! Des chambres de motels !

- Kun ! C'est quoi un lupanar ?

- un lupanar c'est une maison close ! Un bordel !

Bao !

Il y a autre chose !

Au sortir de la guerre 1939-1945 le puritanisme domine l'Amérique ! Tous ces lieux fréquentés par les Beats représentent un vent de liberté !

- Kun ! Pourquoi ce puritanisme ?

- l'Amérique profonde refuse de se laisser corrompre par les plaisirs !

- Kun ! D'où part la route ?

- pour les Beats la route elle part de New-York ! Elle prend son envol à l'université de Columbia ! C'est là que se rencontrent les plus fortes personnalités de la Beat Generation ! Bao ! Colombia c'est une université prestigieuse ! Tu sais comment Jack Kerouac y est entré ?

- non !

- il savait jouer au football ! En 1943 il sympathise avec un drôle de type qui est de huit ans son aîné ! Ce gars-là étudie la philosophie ! Son nom c'est William Burroughs ! Ce mec est un jeune poète gay ! Un autre poète finit par se joindre à eux ! Il s'appelle Grégory Corso ! Ils finissent par former un petit cercle d'amis !

- qu'est-ce-qui les rassemble ?

- la passion de la littérature ! De l'écriture ! Leur territoire c'est Greenwich Village à New-York ! Bao ! C'est le seul endroit à New-York où un écrivain Beat fauché parvient à survivre !

- ils crèchent où ?

- dans des hôtels de passe !

- ?

- ce sont les moins chers ! Ils dorment aussi dans des piaules minables trouvées ça et là par hasard ! Pour eux ce qui compte c'est d'être là ! Ils existent de cette façon !

C'est là que William Burroughs fait découvrir à Jack Kerouac et à Grégory Corso le marquis de Sade ! Les écrivains français maudits ! Rimbaud ! Verlaine ! Tous sont tous des écrivains français ! Mais aussi Guillaume Apollinaire ! Jean Genet !

- il parle de quoi Guillaume Apollinaire ?

- il écrit ! Il se démarque des autres écrivains !

- ?

- il se fonde sur aucune théorie pour écrire ce qu'il a à dire ! " Si tu veux créer il faut que ça vienne de l'imagination ! De ton intuition personnelle ! Rien d'autre ! Seul ton propre pouvoir de création peut te rapprocher de la vraie vie ! " Bao ! C'est son leitmotiv !

Bao !

Pour Guillaume Apollinaire seule la nature est à même de pouvoir répondre à ton désir de pureté ! Ta recherche d'absolu !

Bao ! Ça signifie que tout art doit s'affranchir de la réflexion pour pouvoir devenir poétique ! Guillaume Apollinaire va plus loin !

" Moi Guillaume Apollinaire je dis que dans toute matière poétique ou littéraire il faut exclure l'intervention de l'intelligence ! Du raisonnement ! De la volonté de tout contrôler ! De toute logique ! Toute forme d'expression qui par essence doit être spontanée ! Voire illogique ! "

Bao ! Il dit aussi :

" L’art doit avoir pour seul fondement la sincérité de l'émotion ! L'œuvre d'un artiste est seulement différente ! Elle est dotée d'une réalité propre ! C'est ça qui donne sa vérité à l'œuvre artistique ! "

Bao !

Pour Apollinaire il ne faut pas se tourner vers le passé ou le futur ! Il s'agit seulement de se calquer sur le temps qui passe ! Sur le temps présent ! Si tu regardes dans ses écrits c'est toujours le présent qu'il utilise !

- Kun ! C'est qui William Burroughs ?

- c'est un gourou ! À la fois maléfique et malfaisant ! Il initie ses ouailles aux réalités d'une autre vie ! Il leur fait toucher du doigt la perversion ! Il veut leur faire adopter la prose sulfureuse des poètes frenchy !

Bao ! William Burroughs exhorte tous les jeunes poètes américains à appliquer les préceptes et les doctrines que les poètes français ont appliqués à leur propre vie ! Ces derniers ont révolutionné les conventions poétiques !

- Kun ! C'est quoi ces conventions et ces doctrines ?

- la bohème ! La décadence ! Et puis il y a aussi ces nuits où les poètes Beat se retrouvent !

- où ?

- dans les bars de Greenwich Village ! Ils y organisent des lectures ! Des happenings !

- c'est quoi un happening ?

- c'est une représentation ! Une performance ! Ça peut être une situation improvisée ! Une réunion spontanée ! Entre des gens ! Entre chacun qui va à la rencontre des artistes ! Des poètes tous azimuts y participent ! Ces réunions en soi c'est aussi de l'art ! Bao ! T'as entendu parler du café Wha?

- non !

- c'est là où se retrouvent tous les poètes Beat ! Plus tard s'y retrouveront des gens comme Patti Smith ! Comme Jim Morrison ! Comme Jimi Hendrix !

- Kun ! C'est quoi tous ces gens !

- c'est la relève des poètes Beat quelques années plus tard ! C'est là que dans les années 1960 et 1970 un nouveau chantre donnera son premier concert à New-York !

- il s'appelle comment ?

- Bob Dylan ! C'est pas tout ! Pas loin de là se trouve le Chelsea Hotel !

- il se passe quoi au Chelsea Hotel ?

- Jack Kerouac s'enferme !

- pourquoi ?

- pour écrire son roman " Sur la route " ! Avec une vieille machine à écrire ! Tu sais combien de temps il met pour l'écrire ?

- non !

- un mois ! Il a entamé les ébauches de son roman au début des années 1950 ! Les nuits sont longues au Chelsea Hotel ! On passe de chambre en chambre ! Parfois plusieurs fois dans la nuit on se rencontre entre artistes et écrivains ! On apprend beaucoup de choses ! On se lie avec les autres résidents !

- Bao ! Ce que je veux dire c'est que la route continue ! Elle ne s'arrête jamais ! Elle ne se termine pas ! Elle ne finira jamais ! C'est ça qui fait la force des écrivains et des poètes Beat ! C'est la route 66 !

- la route 66 ? Elle a quoi cette route 66 ?

- elle symbolise à elle toute seule le chemin parcouru par Jack Kerouac ! Par Neal Cassady ! Par Allen Ginsberg ! Elle est longue ! Elle est interminable ! Elle ne s'arrête jamais ! Elle traverse l'Amérique de long en large pour ne mener l'individu nulle part ! Comme si elle cherchait à le confondre avec ses propres tourments ! Ses propres contradictions ! La route 66 que les Américains appellent Highway 66 beaucoup de poètes et d'artistes des années 1960 n'arrêteront pas d'en parler ! Bao ! Elle passe par l'Illinois et le Missouri ! Le Kansas et l'Oklahoma ! Le Texas et le Nouveau Mexique !

- et ça finit où ...

- à Frisco ! San Francisco ! Cette ville va devenir le haut lieu de la contre culture Beat ! San Francisco va s'affirmer comme le haut lieu de la tolérance ! De l'émancipation des minorités ! Neal Cassady s'arrête à San Francisco pour y rester quelques années ! Jack Kerouac va jusqu'à vendre sa maison de Denver pour le suivre ! Bao ! Aujourd'hui San Francisco possède une immense tradition littéraire ! C'était le fief de Jack London ! San Francisco va attirer tous les poètes Beat des États-Unis ! C'est à San Francisco qu'on trouve aussi les premiers auteurs d'inspiration écologique ! Et puis San Francisco c'est un port !

- et alors ?

- ça veut dire que San Francisco est une destination pour tous ceux qui rêvent un jour d'embarquer pour le Japon ! Pour l'Inde !

- ?

- Bao ! Bao ! Là où la route s'arrête un océan de possibilités nouvelles s'ouvre à toi ! C'est l'infini qui t’ouvre ses portes ! C'est une ouverture sur le monde ! Une autre manière de voir les choses ! Les choses de la vie ! D'entrevoir quel sera son destin ...

0014

Posté par soul attitude à 23:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]